LA GAZETTE DES RIEURS N°17/JUIN2017

La femme du Boulanger

J'ai eu un véritable coup de cœur pour le film, que j'ai vu très jeune et qui m'a accompagnée en boucle pendant des années. Lorsque j'ai lu l'histoire, j'ai su que je voudrais monter cette pièce où tragédie et comédie ne cessent d'alterner, sans que l'on sache de quel côté notre cœur balancera. 

L'intrigue amoureuse est touchante, celle de l'amour fou d'un homme simple et laborieux (le boulanger) pour sa femme jeune et belle qui rêve de grands horizons et d'aventures...

Le boulanger refuse d’admettre la douloureuse vérité. La ligue des villageois face au boulanger perdu, et surtout face à la grève du pain, les commérages incessants mêlés aux querelles entre eux, un marquis grivois qui aime déjeuner avec le prêtre... Autant de situations cocasses ou désespérées qui montrent un esprit de «famille» :
Être uni dans les péripéties de la vie.

En montant ce projet avec vous, je souhaite retransmettre l’atmosphère de ce petit village en y apportant originalité, sensibilité et humour.  Je suis ravie de pouvoir, avec la Rieuse, apporter cette touche colorée d'amour.

 

Chloé Fleurie, metteur en scène 

AFFICHE "La Femme du Boulanger"
 

Les spectacles à l'affiche

Pour naviguer dans les rubriques :
 

NOTE D’INTENTION DE MISE EN SCENE

Sur la route avec Jacques et son Maître, de Kundera d’après l’œuvre de Denis Diderot Jacques le fataliste .

N'étant ni écrivain et encore moins Kundera je n'aurais aucunement la prétention de vous faire une dissertation sur l’œuvre de Diderot ou sur la pièce de Kundera... Ce que je vous dois par contre c'est le pourquoi du comment...  "Mais pourquoi donc? Mais qu'est-ce donc que cette pièce? Mais qu'est-ce que sont ces personnages?"

Kundera n'a pas fait une adaptation de l’œuvre de Diderot mais une variation hommage à Diderot. Ce sont sur les notes de travail et les réflexions de Kundera que j’ai axé mon travail.

Je dois confesser que je n'ai pas tout de suite compris à quel point j'ai été touché par la lecture, à quel point il était important pour moi de monter ce projet et combien il était urgent que je le fasse...  En effet, c’est un petit livre de poche qui avait l'air très anodin et sans risque qui m’a fait découvrir la pièce de Kundera. Je n’avais plus rien à lire et me suis dit « et pourquoi pas… » Bon, lecture très agréable, drôle rapide, et puis... Et puis rien!
Enfin c'est ce que j'ai cru... au fil des semaines, puis des mois des parties de dialogues, l'esprit même de Diderot a commencé à me chatouiller les moustaches… alors j'ai repris le texte j'ai recommencé à lire et plus je lisais et plus je me sentais chez moi.
Pourquoi? Tout à coup, en refermant le livre pour la 20ème fois les quelques lignes écrites par Kundera au dos ont éclatées en feu d'artifice

 

"...Tout, dans Jacques le fataliste, y est humour, jeu, liberté et plaisir de la forme... En France ce livre est scandaleusement sous-estimé : il concentre tout ce que la France a perdu et refuse de retrouver."

 

A l'heure où nous assistons à un retour de nationalisme exacerbé où ces politiciens nous expliquent en refermant nos portes vers le monde qu'ils vont faire notre bonheur malgré nous, il est temps d'entrer en résistance culturelle!

Un vent de liberté va souffler à partir de  janvier 2018 :

Oui nous serons impertinents,

Oui cette pièce est sans autocensure et avec de l'érotisme sans alibi sentimental

Oui il n'y aura pas de décor

Oui Diderot a décidé de ne rien faire pour nous faire croire que ces personnages existent

Oui il est impossible d'avoir une identification mélodramatique avec les personnages de par le fait même de la construction de la pièce

Oui cette pièce est une transgression évidente de ce qu'on appelle les lois de la construction dramatique en renonçant à l'unité stricte de l'action...Et alors...?

Je vous propose donc de vous laisser aller au plaisir, à l'insolence bref à tout ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes...

Valérie Delamare, metteur en scène 

Depuis la cour du Musée CALVET à Avignon, Olivier BARROT présente le livre de Milan KUNDERA "Jacques et son maître : hommage à Denis DIDEROT", une pièce de théâtre en 3 actes. Images d'archive INA (Institut National de l'Audiovisuel)

 

Les auteurs cette saison

Marcel Pagnol

 

Milan Kundera

L'auteur de "L'insoutenable légèreté de l'être" est né à Brno en Tchécoslovaquie en 1929.

Il avait 39 ans quand l'armée soviétique a envahi son pays en 1968. Ce fut la fin du Printemps de Prague.

Il fut considéré comme un intellectuel anti communiste. Enseignant universitaire, romancier et essayiste reconnu dans son pays et dans le monde occidental, il fut interdit d'enseigner, d'écrire et d'être publié. 

C'est dans cette période de clandestinité obligée, tant professionnelle qu'artistique, qu'il écrivit sur des feuillets volants son manuscrit de "Jacques et son Maitre" 

Kundera a donc trouvé refuge au cœur d'une œuvre capitale du roman européen "Jacques le fataliste" de Denis Diderot , un des grands philosophes du Siècle des Lumières.

En 1971 , il termine la rédaction, de cette pièce de théâtre qui se veut à la fois un hommage à Diderot et à l'art du roman.

"Pour ne pas garder le texte chez moi (j'avais peur des perquisitions) j'ai remis mon manuscrit à Georges Werler un jeune metteur en scène français venu me voir à Prague pour qu'il le transmette à Claude Gallimard qui conservait tous mes manuscrits." a écrit l'auteur.

"Jacques et son Maitre" a été créé en France en 1981 dans une mise en scène de ...Georges Werler. Ce fut un très grand succès.

Émigré en France en 1975, Kundera obtint la nationalité française en 1981.

Ses œuvres furent écrites en tchécoslovaque jusqu'en 1985. Parmi elles : La Plaisanterie, Risibles Amours, La vie est ailleurs, L'art du roman et L'Insoutenable Légèreté de l'être qui le révéla au grand public grâce à l'adaptation cinématographique qu'en fit Philipp Kaufman d'après un scénario de Jean-Claude Carrère.

A partir de 1985 ses romans furent écrits en français: La Lenteur, L'Identité, L'Ignorance, La Fête de l'insignifiance.

En 2011 l'ensemble de l’œuvre de Milan Kundéra a été publiée dans la prestigieuse collection La Pléiade.

 

DIDEROT (1713-1784)

“Je puis tout pardonner aux hommes, excepté l'injustice, l'ingratitude et l'inhumanité”

 

Connu de son vivant comme le maître d'œuvre de l'Encyclopédie, Denis Diderot exerça, après sa mort, une influence esthétique majeure sur les précurseurs du romantisme. Entre philosophie et littérature, roman et théâtre, il édifia une œuvre riche, complexe, originale, représentative du siècle des Lumières. Sa modernité ressort de son goût pour les idées neuves, de sa curiosité pour les sciences, de la hardiesse de sa pensée – ce qui n'a pas manqué de lui valoir quelques déboires avec les autorités. Il est la figure emblématique de l'écrivain-philosophe.

Denis Diderot est né le 5 octobre 1713, de Didier Diderot (1675-1759), maître coutelier, et Angélique Vigneron (1677-1748). Il entre au collège des Jésuites de Langres (Haute-Marne) en 1723. Après avoir reçu la tonsure (1726), il quitte Langres pour Paris (1728). En 1732, il est reçu maître ès arts de l’université de Paris.

Ses premières publications sont des traductions de l’anglais : Histoire de la Grèce (1743) de Temple Stanyan, Essai sur le mérite et la vertu (1745) de Shaftesbury. Ses propres essais datent de cette période : Pensées philosophiques (1746), la Promenade du sceptique (1747).

L'Encyclopédie

En 1746, il est engagé par le libraire Le Breton comme traducteur-contrôleur d'une encyclopédie en langue anglaise, la Cyclopaedia (1728), d’Ephraim Chambers. L'année suivante, il est chargé avec Jean Le Rond d’Alembert de la direction d'un ouvrage similaire en langue française, l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

La publication de l’Encyclopédie en 35 volumes (17 de texte, 11 de planches,
2 d'index, 5 de suppléments) s'échelonnera sur plus de vingt ans (1751-1772).

La carrière littéraire et philosophique

Parallèlement au chantier encyclopédique, Diderot édifie son œuvre d’écrivain-philosophe et de critique d’art (Premier Salon, 1759).

La Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (1749), écrite à la suite d'une opération réalisée par Réaumur sur un aveugle de naissance, lui vaut d’être emprisonné à Vincennes, de juillet à novembre 1749.

Il publie des drames dits « bourgeois », qui font date dans l’histoire théâtrale : le Fils naturel (1757), le Père de famille (1758).

À partir des années 1760, il compose ses romans les plus célèbres : la Religieuse (mis en chantier en 1760, publié de manière posthume en 1796), le Neveu de Rameau (composé de 1762 à 1774), Jacques le Fataliste et son maître (composé en 1771, publié de manière posthume en 1796).

Dernière partie de carrière

D’octobre 1773 à mars 1774, Diderot séjourne à la cour de Catherine II de Russie, à St-Pétersbourg, où il rédige des Mémoires pour Catherine II. Après un passage à La Haye, en Hollande, il rentre en France en octobre 1774.

Il écrit « PARADOXE SUR LE COMEDIEN », un essai sur le théâtre rédigé sous forme de dialogue. Œuvre de polémique éditée bien après sa mort, en 1830, référence philosophique et artistique dans le monde théâtral, l’auteur y soutient que « c'est l'extrême sensibilité qui fait les acteurs médiocres ; c'est la sensibilité médiocre qui fait la multitude des mauvais acteurs ; et c'est le manque absolu de sensibilité qui prépare les acteurs sublimes. »

Il publie son neuvième Salon en 1781. Victime d’une attaque d’apoplexie (19 février 1784), il meurt le 31 juillet de cette même année.  

 

Mais où est donc Ornicar ?

Les news des Rieurs qui rayonnent et rient ailleurs

Aramis Delamare

 

Aramis joue les prolongations pour Priscilla folle du désert (Comédie musicale délirante où le Disco est à l'honneur) jusqu'au 9 juillet 2017 au

Casino de Paris avant de partir en tournée à partir d'octobre dans toute la France :

Les dates d'Aramis :

vendredi 2 juin 20h15

vendredi 9 juin 20h15

samedi 17 juin 20h15

samedi 24 juin 20h15

dimanche 25 juin18h00

samedi 8 juillet 20h15

Pour réserver directement vos places

Chloé Fleurie

 

Mercredi 28 juin au Point Virgule : spectacle de fin d'année de ma promotion à l'école du one man show, j'y joue un de mes sketchs. 

Jeudi 6 juillet au collège Modigliani (75015): spectacle de mon atelier théâtre; Nous montons les amants du métro de Jean Tardieu. 

 



Cet été, vous pouvez me voir au Théâtre le Bout (métro Pigalle), au Big Show, battle d'humoristes. 

Vérifiez auprès de moi les dates sur lesquelles je joue. 

Cliquer ici pour réserver sur Billet Réduc

ARNAUD MAILLARD

Mise en scène : Julie Ferrier

"Seul dans sa tête... ou presque"

Arnaud Maillard nous livre une performance sur scène dans son One-Man Show.

 

Il a décidé de casser tous les codes du genre. Voyagez dans sa tête, un monde peuplé de personnages hilarants, touchants et décalés. Un monde rempli de thèmes originaux et sublimé par la mise en scène de Julie FERRIER. Préparez-vous pour un voyage dans sa tête dont vous vous souviendrez longtemps !

 

Le saviez-vous

1er prix du Festival des Sables d’Olonnes

Coup de cœur Printemps du Rire de Toulouse

Prix du Public du Festival de Sénas

Coup de cœur Youhumour

Réservations le 22 juin tarif 21€

Voir une vidéo

LE COWBOY MODERNE LE PLUS RINGARD DU FAR WEST

Christophe De Mareuil

continue toujours dans Les Faux British

Comédie hilarante de Henry Lewis, Henry Shields et Jonathan Sayer

mise en scène de Gwen Aduh

au théâtre Saint Georges (Paris 9ème)

L'équipe des COMat'eux
rieuseinfo@gmail.com